Les bienfaits des massages

Les études en faveur du massage ne manquent pas. Efficacité et rentabilité obligent, le monde du travail commence, lui aussi, à s’intéresser aux bienfaits de la plus ancienne des médecines 36. Une étude récente a testé l’impact d’un massage réalisé en position assise, pendant vingt minutes, deux fois par semaine durant deux mois, sur une centaine d’employés dans une entreprise. Comparés à des sujets ayant simplement bénéficié de vingt minutes de pause dans un endroit calme, les sujets massés avaient un meilleur moral, géraient mieux leurs émotions, dormaient plus profondément, étaient davantage satisfaits par leur travail et présentaient une amélioration significative de leur tension artérielle 37.

On pourrait croire que ce genre de massage « ramollit » les employés. Au contraire, la stimulation parasympathique et les émotions positives qui y sont associées améliorent les performances intellectuelles et accroissent la vigilance. Ainsi, une étude comparant l`activité cérébrale chez des sujets au repos et chez d’autres recevant un massage a montré dans les deux groupe des ondes corticales caractéristiques de la relaxation, mais dans le groupe massé apparaissait en outre une des ondes indiquant un état relaxé et alerte proche de celui de la méditation. En pratique, les sujets massés à qui l’on demandait d’effectuer une série de calculs mathématique s’acquittaient plus rapidement et plus justement de leur tâche que les autres.38

Une geste aussi naturel que celui qui consiste à toucher la surface du corps influence donc le fonctionnement de l’esprit de manière significative.

36: Field T., Hernandez-Reif M., LaGreca A., et al., “Massage therapy lowers blood glucose levels in children with diabetes”, Diabetes spectrum, 1997, 10, p. 337-339
 37: Hodge M. et al., “Employee outcomes following work-site acupressure and massage”, in Rich GJ (éd.), Massage therapy: The evidence for Practice, Saint Louis, Mosby, 2002
38: Field T. et al., “Massage therapy reduces anxiety and enhances EEG pattern of alertness and math computations”, International Journal of Neuroscience, 1996, 86 (3-4), p. 197-205.

Extrait de « La solution Intérieur » de Thierry Janssen, Fayad, 2006, pages 217 et 218.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *